1984 n’a pas eu lieu ?

En 1984, on a tous pensé qu’Orwell s’était trompé. Les impérialismes que ce livre dénonçait étaient clairement identifiés: le nazisme d’une part déjà terrassé et le stalinisme en voie d’implosion grâce au courageux suicide de la glasnost de Gorbatchev.

Ce magnifique rêve rose a bercé mon adolescence dans une attente béate entretenue par l’ère Mitterrand. L’apothéose de ce culte de la la troisième voie (la nouvelle gauche qu’on nous servait en ce temps-là) fut la commémoration du bicentenaire de la révolution et la chute du mur. CQFD. La Fin de l’Histoire.

Mais à quoi reconnait-on qu’on est dans le monde de Big Brother? Son règne est celui de la novlangue qui réécrit constamment l’histoire et le vocabulaire pour en atténuer le sens. Big Brother lui-même n’est qu’une image un symbole et s’il porte un nom c’est celui qu’il se choisit. Le nom de Big Brother se voulait rassurant « grand frère »: cela n’évoquait que bienveillance et protection, avant qu’Orwell ne le salisse.

Tout ça pour dire qu’un vrai « big brother », spécialiste lexical éviterait, bien entendu le rapprochement avec Orwell au profit de quelque chose de vraiment rassurant et à connotation positive. Il s’approprierait n’importe quel élément du quotidien qui nous rend service tous les jour comme une fenêtre ou une pomme.

Le fonctionnement même de la société de Big Brother est de s’insinuer dans notre pensée, se servant de la peur de l’ennemi et du bonheur d’être dans le bon camp et de se soumettre au progrès qui n’a qu’une seule dimension (et dans cette dimension unique un seul sens).

Plus on y réfléchit, plus on est forcé d’admettre que ce n’est pas si simple. Et autour de 1984, il s’est peut-être joué quelque chose. Il existe un bruit qui se développe de façon assourdissante et redondante auquel il est de plus en plus difficile d’échapper. Contrairement au roman d’Orwell, il n’est pas le fait d’un ministère ou d’un gouvernement. Il s’agit bien entendu du marketing de la communication et du spectacle, tout ce qui colporte les messages émanant du le réel pouvoir celui qui se concentre naturellement dans les sociétés qu’on a autorisé à se développer hors de tout contrôle national.

Les injonctions que je reçois sont de jouer avec toutes les merveilles technologiques qu’on me donne pour acheter en ligne et à crédit tout ce dont j’ignore encore désirer si ardemment. L’ennemi qu’on m’agite pour me décourager de trop m’éloigner de mon hôtel ou de mon home cinéma sont le terroriste islamiste parfois aidé par le serial-killer.

Tout ça est un peu cliché non ?

Ça tient de moins en moins et on est moins dupe.

Il faut dire qu’il n’y a pas de responsable. Je pense qu’à tous les échelons de ce lourd fonctionnement, il y a majoritairement des gens de bonne foi, qui on la conviction d’agir sans choix ni alternative possible. Le vrai responsable est un état d’esprit qui pollue les recoins de nos imaginations. On a tous au fond de la tête un petit golden boy qui n’attend pour s’exprimer qu’une petite opportunité. Une petite affaire juteuse qui nous assurerait le regard admiratif de l’entourage en même temps qu’une rente agréable.

Heureusement grâce aux fonds de placements pourris, il y a eu une certaine prise de conscience. Et désormais, un fourmillement d’initiatives qui se préparaient dans l’ombre se retrouve progressivement dans la lumière pour qui sait regarder. Il y a des convergences de mouvements de relocalisations et de réappropriations de bout de marchés des niches oubliées ou juste trop petites pour intéresser les capitaux d’affaires. C’est des monnaies locales. Ou des terrains cultivés autant par goût du bon voisinage et de la biodiversité que par goût tout court. Bientôt peut-être le revenu de vie ?

Publicités
  • Trackback are closed
  • Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :