Au secours je suis pris de Dieudonnite !

Je ne comprends plus ce qui m’arrive, depuis quelque temps. J’ai eu pourtant tous mes vaccins: mon badge « Touche pas à mon pote », une carrière dans l’audiovisuel et les médias. Et là depuis quelque temps tout ce que je touche ou qui m’intéresse m’interpelle tourne et prend une saveur amère dans la bouche. Dès qu’un discours, une personne m’intéresse et soulève des questions pertinentes, j’apprends peu après qu’il est sans doute un dangereux antisémite. Ça fait peur, je devrais me faire un rappel. En plus le mal se cache dans des endroits insoupçonnable.

Prenez Gripari, ce merveilleux conteur des rues de Paris qui voit des sorcières partout du fond du placard à la rue Mouffetard. Croyez-moi, j’ai commencé un livre qui derrière des allures de science-fiction se permet de réécrire l’histoire et de faire d’Hitler un juif manipulateur! (La vie, la mort et la résurrection de Socrate-Marie Gripotard). J’ai aussitôt lâché ce livre (il me reste quelques anticorps), mais je sens que la tentation est là de comprendre où il veut en venir.

Bientôt, je risque bien de me mettre à « Céline » à la réputation si sulfureuse ! Si je le touche j’ai bien peur, de l’apprécier. D’ailleurs, j’ai passé récemment une journée entière devant une autre monstruosité de la littérature que je ne connaissais pas encore Marc-Edouard Nabe que l’on compare justement à ce dernier. Plus je le voyais, sur le gril du spectacle médiatique, plus je j’étais fasciné. Sa posture d’incorruptible qui ne peut pas faire autrement que de prendre le contrepied systématique de l’opinion sur des événements aussi polémique que le 11 septembre. Son refus de partager l’enthousiasme généralisé de l’élection d’un noir à la présidence des Etats-Unis (Enfin nègre !).

Mais voilà, même cette « résistance » qui m’attire en ce moment est un peu fabriquée. Je sais trop bien que si je tombe par hasard sur des vidéos d’Alain Soral c’est parce que YoogleTube a stocké dans ses petits cookies caché au sein de mon navigateur l’historique de ce que j’ai regardé. C’est ce minuscule morceau de code qui m’a contaminé au départ et m’encourage de jour en jour à creuser encore ce gouffre. C’était une simple lézarde dans la bien-pensance de mon éducation lisse de communicant, pur produit des années 80, causée au départ par des petits rien de l’actualité, comme ces caricatures dans Charlie Hebdo, ou un interdit vestimentaire qui voile ses vraies motivations.

Cette curiosité d’origine sur la différence de traitement entre des tentatives d’humour islamophobe et judéophobe m’a définitivement rangé dans un camp. Aujourd’hui, je suis catalogué Dieudonniste par le système qui ne me propose qu’un éventail de contenus de plus en plus limité. Si on me pousse un peu plus, je vais penser que c’est une invitation délibérée à me faire entrer en rebellion. Un peu comme le faux mouvement de résistance à Big Brother. Dieudonné c’est O’brien.

Et c’est là le symptôme le plus grave de la Dieudonnite. Le complot! Je suis en plein dedans, je vois des ennemis partout. Finalement qui sont-ils mes amis résistants qui m’invitent à critiquer le monde où je vis. Ils ont tous quelque chose à vendre: des bouquins, des émissions, des T-shirts quenelliers. Mon héros Daniel Mermet qui m’a ouvert les oreilles à Noam Chomsky et Naomi Klein, se révèle être un égocentrique pingre qui tient son équipe par une manipulation perverse. Et il a beau défendre bec et ongle la liberté d’expression, il ne se l’applique plus quand il s’agit d’un concurrent direct comme ce surprenant Soral.

J’atteins là mes limites ! Je ne veux pas basculer ni dans l’achat compulsif de bouquins anti-tout. Je veux encore moins fonder ma propre école concurrente crypto-paranoïaque dénonçant la marchandisation des idées extrémistes. Donc je n’achèterai pas de canapé (bleu ou vert), pour ridiculiser une fois par mois, seul et sans contradicteur des personnages publics pour m’en faire des copains plus tard par opportunisme.

Non finalement, ceux que j’admire, ce sont des Frédéric Taddéi et les Bruno Gaccio qui arrivent à se montrer sans se démonter aux côtés des personnes les plus polémiques, leur donne la parole dans les limites du légal.

Pour moi, la Dieudonnite, ce mal étrange vient d’une parole censurée, au départ assez peu polémique. A ma connaissance, il s’agissait d’un projet de film qui n’a pas pu se faire qui traitait de l’esclavage. Il a du être considéré comme un détail de l’histoire trop ancien pour intéresser le public.

Pour ma part, les détails de mon histoire me place plutôt du côté de la position inconfortable du bourreau. La question que je pourrai me poser c’est savoir si mes ancêtres ont éliminés plus de juifs, d’homosexuels ou d’esclaves. Je ne trouve pas très aimables de ne pas me permettre de comparer.

En tout cas, je suis à l’abri de la variante la plus grave du mal n’étant pas victime.

Mais ce dont, je dois me souvenir aujourd’hui c’est que la vie sociale est basée sur une certaine dose de mensonge. Ce n’est pas vraiment nouveau, c’est même un des fondements de la politesse. C’est ce qu’on apprend enfant avec le père Noël. Il faut continuer d’y croire le plus longtemps possible pour entretenir le plaisir. Comme il serait doux de continuer à me bercer dans la douce consensualité du mouvement de « Harlem Désir » comme s’il s’agissait d’un phénomène spontané.

Vraiment, il y a des questions dangereuses qu’il vaut mieux ne pas poser…

La question « Dis, papa, il n’existe pas, hein, le père Noël ? » d’ailleurs est toujours hésitante.

Finalement, le rappel au vaccin, pourrait être de porter attention au message et au plaisir de le partager en tant que public, dans une ignorance volontaires des motivations de son porte-parole médiatique. Retrouver une fausse naïveté et une certaine distance humoristique. D’ailleurs, je sens, elle est déjà là, il y a des regards complices tout autour de moi !

Publicités
  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :