Densité d’information

Un des symptômes de la douance (appelez ça comme vous voulez : zébritude, haut-potentiel, embonpoint intellectuel) c’est une exigence conversationnelle particulière: celle d’une part suffisante de nouveauté et d’inattendu dans l’information reçue pour maintenir la petite flamme d’attention. En effet, si la précocité est une espèce de soif de connaissance, et si une interaction sociale (une conversation, un cours, une lecture un spectacle) est en compétition permanente avec des fils de réflexion interne du sujet surdoué, on comprend assez bien que l’attention se tourne vers la source la plus à même de combler ce gouffre exigeant. Ainsi le surdoué hyperactif s’évade dans des activités parasites, l’autiste vers ces ressources intérieures. Dans tous les cas, il y a décalage entre la stimulation reçue et la capacité à engranger de nouvelles informations.

Si, je dis un symptôme parce que c’est réellement un élément qui peut perturber les liens sociaux. Pensez à Sheldon Cooper (« The Big Bang Theory »). Ce qui est tellement amusant chez Sheldon c’est qu’il est incapable de cacher son ennui. Rien ne l’étonne. Il a l’impression que jamais personne ne pourra lui apprendre quoi que ce soit.

L’ennui. C’est là, la conséquence d’une densité d’information trop réduite. C’est ce qui arrive quand la stimulation est en décalage avec l’attention. Par exemple lors du spectacle d’un téléfilm au scénario trop attendu. Lorsque votre attention se porte la carrière de l’acteur plutôt que son rôle, sur les erreurs de raccords entre les plans, ou encore sur les choix stratégiques de la chaîne à le diffuser, c’est que clairement la trame est complètement en dessous de vos capacités cognitives. Votre attention, dont le but est de combattre l’ennui de toutes les façons, développe tous ces stratagèmes pour maintenir une stimulation constante de votre muscle cérébral. L’ennui n’est donc jamais qu’un moment passager de votre attention avant qu’elle ne se porte sur le prochain objet disponible.

Cette exigence de l’attention, il me semble quelle affecte tous les goûts (du surdoué et à réflexion de tout le monde : il n’y a qu’une différence d’échelle). Elle explique bien, par exemple, le fait qu’on ne garde pas à vie les mêmes goûts musicaux. Au fur et à mesure des progrès de notre oreille celle-ci nous demande des écoutes de plus en plus exigeantes (des harmonies plus originales, des mélodies surprenantes, des rythmes plus complexes). Sinon elle ne remplit qu’une fonction de musique d’ambiance ou de mémoire (Radio nostalgie).

Donc, conversations, école, musique, culture, partout l’ennui du zèbre guette et le menace par trop d’originalité d’exclusion sociale.

Conclusion un peu hâtive et expéditive peut-être ? Tout n’est quand même pas aussi noir… à revoir… au revoir !

Publicités
  • Trackback are closed
  • Commentaires (0)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :