Posts Tagged ‘ fourmis ’

L’acteur et le spectateur

Ce que je viens d’écrire sur l’autisme, me ramène à une autre de mes réflexions qui m’accompagne depuis quelques temps. J’ai pris l’habitude de classer les personnes selon un critère qui est celui d’être actif ou passif de façon générale. Acteur ou spectateur dans ma terminologie personnelle. (« Starittude » et fanittude, en deux néologismes qui m’amusent).

Au départ, l’idée me vient de la fréquentation de concerts ou je m’interrogeais sur ce qui fait que je suis dans la salle et pas sur scène. Et une impression de me faire avoir par le groupe qui se montre et qui par le fait de se montrer et s’exposer veut me convaincre qu’il a des choses importantes à dire. Dans un deuxième, temps cela me vient d’un constat d’échecs de ma propre expérience créative. Pour des raisons évidentes, il convient mieux à mon ego de penser que cela me vient d’un mystérieux manque d’ambition et non d’une incapacité de ma personne.

Je me suis donc rangé, dans l’image que je me fais de moi-même, dans la catégorie du spectateur. Ça n’est pas tout à fait définitif, car je cela ne m’empêche nullement de créer, en musique, en image, en mots, … Je reste donc tout-à-fait actif. Mais à l’image de ce blog, totalement et absolument sans public.

Non, la différence est ailleurs. Ce qui fait de moi un spectateur définitivement, c’est que je n’ai, semble-t-il, aucun besoin du regard de l’autre. (Tout au moins, c’est un besoin suffisamment petit et patient pour se contenter de retarder et fantasmer la réaction tierce.) C’est pourquoi, on me penserait modeste, mais on a tort. Dans, le secret de mes pensées, je tutoie les plus grands et j’entretiens avec eux des conversations enflammées. (Et qu’il n’entendront jamais, soit.)

Alors que les grands, eux, les stars, les people, ne sont grands que par un artifice de scène assez idiot : ils sont surélevé par de simples planches (ou grossis par des caméras, amplifiés par des micros). Si on analyse, un peu, et les plus honnête ne le cachent pas, les stars n’existent que par le regard de nous autres spectateurs. Elles admettent que c’est notre regard, nos oreilles et nos applaudissements qui les nourrissent, et que sans ce carburant leur flamme créatrice s’éteint.

Pour le vrai spectateur, plus méditatif, il n’y a nul besoin d’être l’auteur d’une oeuvre pour s’en extasier. L’absence d’ambition et la sobriété de l’ego nous rend bien plus libre !

Publicités

Un blog pour essaimer des idées créatives.

Un certain type d’esprit trop brouillon, bruyant, … a besoin de se décharger de ses idées fulgurantes qui naissent de façons anarchiques et dans la désorganisation la plus totale, parce si elle ne sont pas fixées par écrit, elle disparaîtront peut-être à jamais. Ces idées ne sont probablement pas applicables, ni franchement utiles. Mais c’est pourquoi il faut les confronter à l’épreuve de l’écrit.

Communiquer par voie de blog, peut stimuler d’autres esprit bouillonnants et engendrer par cette espèce de réseau neuronal planétaire de nouvelles idées salutaires. Cela pourrait augmenter l’intelligence collective de notre planète qui sait ? Allons donnons ! Donnons généreusement, sans brevet, ni licence, nos brillantes inspirations à la grande collectivité de l’espèce! Je nage en pleine utopie mais ça fait du bien 🙂

Note: Si je vois internet comme une grande fourmilière planétaire, c’est que j’ai du abuser de Werber récemment.