Posts Tagged ‘ pourquoi? ’

Economie expérimentale

Depuis 2008, et la crise des dettes souveraines qui en sont les conséquences indirectes il devient clair que les monnaies et leur fonctionnement sont au coeur du fonctionnement des sociétés modernes et que leur mécanismes échappent de plus en plus aux gouvernements et donc à la démocratie. Il semblerait donc que pour un retour vers le progrès démocratique une étape nécessaire est la création d’une ou plusieurs monnaies qui répondrait aux exigences de ses usagers.

Les possibilités donnent le vertiges: Pourquoi pas établir une monnaie, dont la parité serait par exemple un tarif horaire universel. Il permettrait de rémunérer un travail d’informaticien, de boulanger à un tarif universel ! Combien de temps un système pareil mettrait-il à unifier les économies mondiales?

Une telle économie expérimentale et conceptuelle existe-t-elle? Pourquoi n’est-elle (ou n’a-t-elle pas) été explorée par les organisations internationales comme l’ONU, le FMI, la Banque mondiale ? On peut imaginer évidemment que ça ne serait pas à l’avantage des multinationales qui spéculent justement sur les différences pour créer des bénéfices. Mais il doit bien exister des rapports d’études passées.

Quelle serait le chemin pour atteindre une monnaie internationale solidaire qui supplante le dollar? Est-ce que les monnaies locales comme le Sol-Violette et le Bristol pound pourrait se mutualiser et créer des nouveaux échanges intercommunautaires et à terme se convertir en une nouvelle monnaie solidaire transnationale. Pas évident ! Mais il n’est pas interdit d’espérer. Et c’est peut-être plus réaliste que de compter sur la Banque mondiale.

Ensuite, il y a l’étrange « Bitcoin » qui a l’avantage d’être créer de façon mathématique par la puissance de calcul d’ordinateurs en réseau. Il n’est pas détenu par les banques. Et sa rareté est organisée par une difficulté exponentielle de créer plus de monnaie! Intéressant. Ses débuts obscurs et ses usages marginaux le réservent probablement à un monde de geeks.

Par contre, la tendance de fond est nettement à l’économie directe organisée horizontalement en peer-to-peer. Des échanges tels qu’ils ont été imaginés par le logiciel libre et le partage globalisé des ressources virtuelles. Clairement, c’est maintenant le crowdfunding et les fablabs qui prennent le relais.

Les échecs – pourquoi?

Parce qu’on apprend de ses erreurs!